Sélectionner une page

L’AUDIENCE

Un film d’Émilie B. Guérette et Peggy Nkunga Ndona
93 min., Documentaire, Québec, Canada, 2023

Après avoir traversé 11 pays clandestinement, Peggy, Simon et leurs trois enfants attendent l’audience qui déterminera s’ils seront acceptés comme réfugiés au Canada. Ayant fui la répression politique en République démocratique du Congo, la famille tente de refaire sa vie à Montréal, dans la douceur d’un quotidien fragilisé par la menace omniprésente de devoir quitter. Entre fantômes du passé, espoirs pour l’avenir et dédales juridiques, le film plonge au coeur de la lutte de la famille Nkunga Mbala pour rester au Canada. Offrant un accès inédit à leur audience devant la Commission de l’immigration et du statut de réfugié, le film lève le voile sur le processus complexe de demande d’asile au Canada.

Équipe

Production : Colonelle films – Justine Chevarie-Cossette, Fanny Drew, Sarah Mannering
Scénario : Émilie Beaulieu-Guérette
Direction photo : Glauco Bermudez, Etienne Roussy
Direction artistique : Nathalie Dubé
Montage : Ariane Pétel-Despots, Natacha Dufaux
Conception sonore : Marie-Pierre Grenier
Mixage sonore : Bruno Bélanger
Musique : Daniel Baillargeon
Prise de son : René Portillo, Juan Fernandez

SOUTENIR LE FILM

1

J’organise une

projection

2

J’organise une séance scolaire

3

Je partage sur les réseaux sociaux

1

J’organise une

projection

2

J’organise une séance scolaire

3

Je partage sur les réseaux sociaux

La beauté est une rencontre.
Toute présence sera par l’autre présence révélée.

-François Cheng

La beauté est une rencontre.
Toute présence sera par l’autre présence révélée.

-François Cheng

NOTE D’INTENTION DES RÉALISATRICES

L’AUDIENCE est né de la rencontre entre nous, Peggy Nkunga Ndona et Émilie Beaulieu-Guérette, deux femmes au vécu bien différent mais dont les cœurs se sont immédiatement reconnus. En 2019, Peggy, journaliste congolaise, venait d’arriver à Montréal après avoir parcouru « la route de la mort » du Brésil jusqu’au Canada. Émilie, documentariste québécoise, s’intéressait à l’accueil que réservait le Canada aux demandeurs d’asile. Le déclic fut instantané.

Peggy et sa famille étaient au bout de leur route migratoire, mais au début d’un long périple juridique visant à déterminer s’ils obtiendraient – ou non – le statut de réfugiés politiques. 

“Nous avons décidé de documenter ensemble ce processus fait d’attente, d’espoir et d’une grande vulnérabilité face à un système administratif lourd et intimidant.”

 

Nous avions l’intention de sensibiliser le public à l’épée de Damoclès qui pend au-dessus de la tête des demandeurs d’asile à travers la crainte permanente d’un renvoi vers le(s) pays qu’ils ont fui. Peggy voulait raconter son histoire et la manière dont sa famille vivait ce processus. Émilie souhaitait pénétrer au cœur du système canadien du droit d’asile, où se joue le sort de dizaines de milliers de vies chaque année, à huis clos.

Nous avons obtenu l’autorisation exceptionnelle de filmer l’audience de la famille Nkunga Mbala devant la Commission de l’immigration et du statut de réfugié – une première dans l’histoire de cette institution. Nous avons découvert comment la complexité des vies humaines y est réduite à un interrogatoire procédural. Comment les demandeurs sont à la merci des avocat.e.s et consultant.e.s en immigration, ponts fragiles entre eux et ce tribunal aussi hermétique qu’arbitraire. Comment des clauses d’exception ou des cases mal cochées dans un formulaire peuvent faire basculer le destin d’une famille entière.

Nous avons choisi de coréaliser ce film, l’une derrière et l’autre devant la caméra, pour honorer la relation d’égale à égale que nous voulions établir. La cocréation signifiait pour nous : dialogue, collaboration, sororité, confiance, foi, respect, consentement, conscience des rapports de pouvoir coloniaux et raciaux dans lesquels s’inscrivent notre relation, et choix de les aborder honnêtement. Ce film s’enracine dans une démarche féministe décoloniale et dans une sincère et profonde amitié qui s’est déployée tout au long de sa création.

Nous espérons que L’AUDIENCE permettra à la famille Nkunga Mbala de rester au Canada et qu’il fera une différence pour d’autres demandeurs confrontés au même système. Nous souhaitons qu’il touche le cœur des Canadien.ne.s et suscite un questionnement quant au droit d’asile, un mécanisme dit de «protection», mais qui trop souvent en est un d’exclusion.

Sororalement,
Peggy & Émilie